Alma Viva : Le regard d’une jeune fille possédée

Alma Viva, signifiant en portugais les âmes vivantes, traite du lien que les vivants entretiennent avec les morts, et des croyances surnaturelles. Salomé passe son été dans le village de ses ancêtres au milieu des montagnes du Portugal. Celles-ci se déroulent paisiblement, avant que ne survienne subitement sans signe avant-coureur la mort de sa grand-mère Avo qu’elle chérit tant. Ses oncles et tantes sont obsédés par les obsèques et le coût administratif de la mort. Salomé elle, est bien éloignée de ces préoccupations. A l’opposé de la réalité concrète de gestion qu’implique le décès d’un proche, la petite fille est possédée par l’esprit de sa grand-mère qu’elle doit venger. La sorcière du village serait en effet responsable de sa mort. A travers Salomé possédée par l’esprit d’Avo, celle-ci se venge depuis l’au-delà.

Alma Viva est un film qui évoque un sujet sensible, le lien qu’entretiennent les vivants avec les morts en atteignant de manière poignante les sens et le coeur du public.

Ce film traite d’un sujet peu abordé au cinéma : le lien entretenu avec les morts et les croyances dans l’invisible. Avo est selon Salomé morte à cause de la sorcière du village. Or, depuis son décès, Salomé est hantée par l’esprit de sa grand-mère et sa volonté de vengeance envers la sorcière. Cela amènera Salomé, dans une atmosphère angoissante et pesante, à effectuer des actes de folie. Les villageois deviennent apeurés par la jeune fille en qui ils voient l’incarnation du Mal et qu’ils accusent de sorcellerie. Ainsi, une jeune enfant prend le contrôle de tous ses aïeuls. Le film confronte le spectateur à des villageois terrorisés par les esprits, le concept du Mal et la sorcellerie. C’est ainsi que pour faire extraire les esprits de Salomé, sa famille n’ira pas de main morte. Salomé, consciente qu’elle ne peut garder en elle l’esprit de sa grand-mère, tente désespérément de l’extraire de son corps.

Si le thème du film est un peu abrupt, le style contrebalance le tout pour parvenir à un bel équilibre. Dans Alma Viva, les sens du spectateur sont perpétuellement sollicités. Dans un premier temps la vue avec des plans splendides, des palettes de couleurs chaudes apaisantes et l’atmosphère de l’été qui se transmet par les images. Et puis l’ouïe : il y a d’abord la place des chants que partage Salomé avec sa grand-mère, que ce soit pour prier ou pour danser, mais aussi les bruits accentués de certaines actions, comme la préparation des poissons ou le gobage par Salomé d’une tête de poule comme breuvage pour extraire l’esprit de sa grand mère. Les bruits de sa bouche mâchant la tête, de gorge avalant, tout y est, procurant au spectateur un dégoût retentissant. Les images et les bruits conduisent au dégoût, à la tristesse, à la joie parfois. Alma Viva est un film qui parle d’un sujet sensible, qui, de façon concomitante, touche, dégoûte et émeut. Un film qui questionne sur le lien qu’entretiennent les vivants avec les morts en atteignant de manière poignante les sens et le coeur du public.

4

RÉALISATEUR :  Cristèle Alves Meira
NATIONALITÉ : portugaise
AVEC : Lua Michel, Ana Padrao, Jacqueline Corado
GENRE : Drame
DURÉE : 1h28
DISTRIBUTEUR : Tandem
SORTIE LE Prochainement