Golden Globes 2022 : Résultats et décryptage : Campion versus Spielberg

Lors de la décennie 2010, les nostalgiques se souviendront avoir passé de belles nuits blanches en regardant les Golden Globes dont l’atmosphère dînatoire paraissait souvent plus sympathique que celle des Oscars. On aimait s’esclaffer aux discours introductifs de Ricky Gervais ou du duo Amy Poelher-Tina Fey ; la cérémonie de 2018 où les stars sont toutes venues vêtues en noir, suite au scandale Weinstein, a aussi durablement marqué les esprits. Pour les récompenses, il y régnait toujours un véritable suspense alors que la plupart des récompenses sont déjà balisées, en tout cas pour les acteurs, au niveau des Oscars. Cette année, les Golden Globes ont dû se priver de retransmission télévisée, NBC refusant son soutien en raison d’une campagne qui mettait en cause une éventuelle corruption et un flagrant manque de diversité au sein de cette vénérable institution. Par conséquent, ce rendez-vous du début de l’année, jadis incontournable, a marqué le pas en 2022, sous une forme relativement glaciale, en ne révélant ses lauréats que par des tweets et une mise à jour régulière du site dans la nuit de dimanche à lundi.

Souvent, les Golden Globes servaient d’indicateurs fiables pour les lauréats des Oscars. Deux fois sur trois, les lauréats, en particulier celui, le plus prestigieux, du meilleur film, étaient similaires. Il s’agissait la plupart du temps du film primé par le Golden Globe du meilleur film dramatique. Une fois sur trois, la récompense pouvait célébrer la meilleure comédie ou comédie musicale (ex: The Artist, Chicago) ou cas plus exceptionnels, le meilleur film étranger (cf. Parasite) ou encore le meilleur scénario (Collision), le principe étant que si le film n’était pas récompensé a minima par un prix par les Golden Globes, il perdait toute chance d’être couronné par les Oscars.

Vu l’opprobre qui s’abat sur les Golden Globes cette année, on ne sait si cette règle est toujours valable. Peut-être ne l’est-elle plus. En tout cas, les deux films grands vainqueurs de cette édition fantôme des Golden Globes sont donc à égalité, trois prix chacun, The Power of the Dog (meilleur film dramatique, meilleure réalisation, meilleur second rôle masculin) de Jane Campion et West Side Story (meilleure comédie ou comédie musicale, meilleure actrice dans une comédie musicale, meilleur second rôle féminin) de Steven Spielberg partent ainsi grands favoris pour l’Oscar du meilleur film, avec comme outsiders possibles, Belfast (meilleur scénario) de Kenneth Branagh et Drive my car (meilleur film étranger) de Ryusuke Hamaguchi qui pourrait songer à rééditer l’exploit de Parasite.

On constate donc que, depuis mars 2021, la razzia féminine continue puisque les Golden Globes couronnent The Power of the Dog ainsi que Jane Campion meilleure réalisatrice. Jane Campion pourrait poursuivre le règne féminin entamé par Chloé Zhao l’année dernière avec Nomadland. Les deux favoris présentent sur le papier tous les deux des avantages et des inconvénients : le sacre de The Power of the Dog installerait durablement la suprématie féminine au plus haut niveau des récompenses mais consacrerait aussi Netflix comme supérieur aux grands studios hollywoodiens, ce qui n’est pour l’instant jamais arrivé, même avec Roma d’Alfonso Cuaron ; West Side Story de Steven Spielberg, en tant que comédie musicale, a a priori moins de chances de l’emporter, surtout en raison de son fiasco public (le film représente le 3ème plus grand échec de toute la carrière de Spielberg) mais pourrait cinquante ans plus tard rejoindre sa précédente version signée Wise-Robbins au firmament des Oscars (dix Oscars au total) ; en fait, Spielberg pourrait servir d’ultime rempart de résistance pour les membres de l’Académie des Oscars afin de défendre le cinéma en salle, face à la toute-puissance récente des plateformes. Autant dire que la lutte sera rude entre Campion et Spielberg, avec 50% de chances chacun.

Du côté français, Lupin, Marion Cotillard, Alexandre Desplat repartent bredouille, ainsi que, du côté américain, Don’t look up d’Adam McKay, Lady Gaga de House of Gucci du vétéran insubmersible, Ridley Scott, et notre chouchou de début d’année, Licorice Pizza de Paul Thomas Anderson, qui, malgré quatre nominations, ne remporte tristement rien. Rêvons un peu, comme Gary Valentine : un triomphe de Paul Thomas Anderson pourrait être l’immense surprise des Oscars. De plus, la catégorie de la meilleure actrice restera comme souvent la plus ouverte aux Oscars, après la victoire surprise de Nicole Kidman (déjà lauréate en 2003 avec The Hours), sa 6ème, pour sa métamorphose physique en Lucille Ball, dans Being the Ricardos, biopic de l’actrice, signé Aaron Sorkin (A la Maison-Blanche, The Social Network). A part cela, la grande série victorieuse qui a succédé à Game of Thrones, se nomme….Succession (meilleure série dramatique, meilleure acteur, meilleur second rôle féminin), laissant quelques miettes aux autres (meilleure actrice dans une mini-série pour Kate Winslet dans Mare of Eastown et meilleur second rôle masculin pour 0 Yeong-Su de la série-phénomène, Squid Game). Ajoutons que la formidable MJ Rodriguez (Pose), actrice trans, a remporté le prix de la meilleure actrice dans une série dramatique. Enfin, notons que Billie Eillish a tout simplement battu Beyoncé pour la meilleure chanson de l’année, dont le titre sonne presque aujourd’hui comme un hymne (No time to die). Tout un symbole.  

Cinéma

Meilleur film dramatique :
Belfast
CODA
Dune
La Méthode Williams
The Power of the Dog

Meilleure comédie ou comédie ou comédie musicale :
Cyrano
Don’t Look Up
Licorice Pizza
Tick, Tick… Boom!
West Side Story

Meilleur acteur dans un film dramatique : 
Mahershala Ali – Swan Song
Javier Bardem – Being the Ricardos
Benedict Cumberbatch – The Power of the Dog
Will Smith – La Méthode Williams
Denzel Washington – The Tragedy of Macbeth

Meilleur acteur dans un film comique ou musical : 
Leonardo DiCaprio – Don’t Look Up
Peter Dinklage – Cyrano
Andrew Garfield – Tick, Tick… Boom!
Cooper Hoffman – Licorice Pizza
Anthony Ramos – D’où l’on vient

Meilleure actrice dans un film dramatique : 
Jessica Chastain – The Eyes of Tammy Faye
Olivia Colman – The Lost Daughter
Nicole Kidman – Being the Ricardos
Lady Gaga – House of Gucci
Kristen Stewart – Spencer

Meilleure actrice dans un film comique ou musical : 
Marion Cotillard – Annette
Alana Haim – Licorice Pizza
Jennifer Lawrence – Don’t Look Up
Emma Stone – Cruella
Rachel Zegler – West Side Story

Meilleur réalisateur : 
Kenneth Branagh – Belfast
Jane Campion – The Power of the Dog
Maggie Gyllenhaal – The Lost Daughter
Steven Spielberg – West Side Story
Denis Villeneuve – Dune

Meilleur scénario : 
Paul Thomas Anderson – Licorice Pizza
Kenneth Branagh – Belfast
Jane Campion – The Power of the Dog
Adam McKay – Don’t Look Up
Aaron Sorkin – Being the Ricardos

Meilleur acteur dans un second rôle : 
Ben Affleck – The Tender Bar
Jamie Dornan – Belfast
Ciarán Hinds – Belfast
Troy Kotsur – CODA
Kodi Smit-McPhee – The Power of the Dog

Meilleure actrice dans un second rôle :
Caitriona Balfe – Belfast
Ariana DeBose – West Side Story
Kirsten Dunst – The Power of the Dog
Aunjanue Ellis – La Méthode Williams
Ruth Negga – Clair-obscur

Meilleure bande-originale : 
The French Dispatch, Alexandre Desplat
Encanto, Germaine Franco
The Power of the Dog, Jonny Greenwood
Madres Paralelas, Alberto Iglesias
Dune, Hans Zimmer

Meilleure chanson originale : 
Be Alive pour La Méthode Williams – Beyoncé Knowles-Carter, Dixson
Dos Oruguitas pour Encanto – Lin-Manuel Miranda
Down to Joy pour Belfast – Van Morrison
Here I Am (Singing My Way Home) pour Respect – Jamie Alexander Hartman, Jennifer Hudson, Carole King
No Time to Die pour Mourir peut attendre – Billie Eilish, Finneas O’Connell

Meilleur film non-anglophone : 
Compartiment N°6 de Juho Kuosmanen (Finlande)
Drive My Car de Ryusuke Hamaguchi (Japon)
Un héros d’Asghar Farhadi (Iran)
Madres Paralelas de Pedro Almodovar (Espagne)
The Hand of God de Pablo Sorrentino (Italie)

Meilleur film d’animation : 
Encanto 
Flee
Luca,
My sunny maad
Raya and the Last Dragon

Télévision

Meilleure série dramatique : 
Lupin
The Morning Show
Pose
Squid Game
Succession

Meilleur acteur dans une série dramatique : 
Brian Cox – Succession
Lee Jung-jae – Squid Game
Billy Porter – Pose
Jeremy Strong – Succession
Omar Sy – Lupin

Meilleure actrice dans une série dramatique : 
Uzo Aduba – In Treatment
Jennifer Aniston – The Morning Show
Christine Baranski – The Good Fight
Elisabeth Moss – The Handmaid’s Tale
Mj Rodriguez – Pose

Meilleure série comique ou musicale : 
The Great
Hacks
Only Murders in the Building
Reservation Dogs
Ted Lasso

Meilleure actrice dans une série comique ou musicale : 
Hannah Einbinder – Hacks
Elle Fanning – The Great
Issa Rae – Insecure
Tracee Ellis Ross – black-ish
Jean Smart – Hacks

Meilleur téléfilm ou mini-série : 
Dopesick
Impeachment: American Crime Story
Maid
Mare of Easttown
The Underground Railroad

Meilleur acteur dans un téléfilm ou une mini-série : 
Paul Bettany – WandaVision
Oscar Isaac – Scenes From a Marriage
Michael Keaton – Dopesick
Ewan McGregor – Halston
Tahar Rahim – Le Serpent

Meilleure actrice dans un téléfilm ou une mini-série : 
Jessica Chastain – Scenes From a Marriage
Cynthia Erivo – Genius: Aretha
Elizabeth Olsen – WandaVision
Margaret Qualley – Maid
Kate Winslet – Mare of Easttown

Meilleur acteur dans un second rôle dans une série, mini-série ou téléfilm : 
Billy Crudup – The Morning Show
Kieran Culkin – Succession
Mark Duplass – The Morning Show
Brett Goldstein – Ted Lasso
O Yeong-su – Squid Game

Meilleure actrice dans un second rôle dans une série, mini-série ou téléfilm :
Jennifer Coolidge – The White Lotus
Kaitlyn Dever – Dopesick 
Andie MacDowell – Maid
Sarah Snook – Succession
Hannah Waddingham – Ted Lasso

📨 MOVIERAMA DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Retrouvez le meilleur de nos articles : critiques, interview et concours

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Il s'agit d'une newsletter bimensuel, qui respecte votre temps et votre boîte mail.