Maid : Quand témoignage et fiction font bon ménage

Adaptée des mémoires de l’Américaine Stephanie Land – femme de ménage devenue auteure – Maid est la première création de Molly Smith Metzler, scénariste sur Orange Is the New Black et Shameless (US). Produite par Warner Bros, le show est disponible depuis le 1er octobre sur Netflix. Retour sur ce drama qui a créé la surprise en devenant la mini-série la plus regardée de la plateforme devant Le Jeu de la Dame.

L’histoire de Stephanie, ou plutôt celle d’Alex, débute en pleine nuit dans la caravane qu’elle partage avec son compagnon. Après une énième altercation, Alex décide de quitter le domicile conjugal avec sa fille sous le bras sans un mot, sans un bruit, et surtout sans argent. S’ensuit alors un long parcours du combattant pour conquérir son indépendance et briser le cercle de la violence et de la pauvreté.

Avant de mordre, ils aboient. Avant de te cogner, ils cognent un mur.

Un thème quelque peu éculé me direz-vous ? Eh bien pas tout à fait car les violences au coeur de Maid sont en réalité sous-représentées dans la fiction. Il est question ici d’emprise psychologique et ce type de maltraitance souvent minimisée avait véritablement besoin de ce coup de projecteur. Alex, elle-même, doute au départ de son statut de femme battue et c’est une jeune femme du refuge où elle séjourne avec sa fille qui va lui ouvrir les yeux : « Avant de mordre, ils aboient. Avant de te cogner, ils cognent un mur.» 

Une domination masculine à laquelle Alex a bien du mal à échapper pour diverses raisons (économiques, sociales, sentimentales…) et dont on comprend très vite qu’elle a débuté dans son enfance. Ces générations de femmes abusées qui se croisent et grandissent ensemble a quelque chose de poignant. L’interprétation toute en finesse de Margaret Qualley, et Andie MacDowell, mère et fille à la vie comme à l’écran, sublime un peu plus la représentation de ce schéma qui se répète à l’infini.

Comme toute première création, Maid a bien évidemment quelques faiblesses, la principale étant de vouloir constamment appuyer son propos par des effets visuels un peu grossiers. On peut citer en exemple les finances d’Alex qui se matérialisent à droite de l’écran à plusieurs reprises au fil des épisodes, son salaire de femme de ménage se trouvant diminué au fur et à mesure de ses dépenses pour arriver au solde négatif.

Bien que son récit eût pu gagner en sobriété dans sa forme, Molly Smith Metzler réussit sur le fond à rendre un hommage vibrant au combat et à la résilience de Stephanie Land. Un discours essentiel sur le spectre des violences conjugales et l’importance du contexte socio-économique dans son combat, à voir, à méditer et à diffuser très largement.

4

SHOWRUNNER :  Molly Smith Metzler
NATIONALITÉ : Américaine
AVEC : Margaret Qualley, Nick Robinson, Andie MacDowell
GENRE : Drame
DURÉE : 10x 50mn 
DIFFUSEUR : Netflix
SORTIE LE 1er octobre 2021

📨 MOVIERAMA DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Retrouvez le meilleur de nos articles : critiques, interview et concours

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Il s'agit d'une newsletter bimensuel, qui respecte votre temps et votre boîte mail.