Mad God : les cercles de l’enfer

Peut-être le nom de Phil Tippett ne vous dira rien : pourtant, vous devez certainement à la main experte de ce vieil homme attachant une grande part de vos films préférés. Génial et excentrique créateur d’effets spéciaux, ayant participé à des productions comme Star Wars, Starship Troopers ou encore Jurassic Park, celui dont l’imagination foisonnante a contribué à la naissance des monstres et machines les plus célèbres d’Hollywood revient à l’écran avec un projet plus que spécial. Ce projet, c’est Mad God, le film d’une vie, préparé par l’artisan de l’animation dans son studio garage depuis maintenant près de 30 ans. Après une campagne de crowdfunding et un quart de siècle d’acharnement, Phil Tippett présente enfin, en l’an de grâce 2021, l’aboutissement de toutes ses peines. Projeté dans la compétition internationale de la 27ème édition de l’Étrange Festival après un court métrage sur les coulisses du film, le résultat est incomparable – pour ne pas dire incontestablement génial.

Babel est tombée : dans ses ruines, il n’y a plus qu’un monde décadent, peuplé de monstres, de spectres et de sang. Parachuté dans une cabine de fer, une figure noire part à la quête d’un objet obscur, quelque part au fond de l’enfer. Pris entre machines et bouts de chair, entre une flore toxique et une faune putride, il se perdra dans l’antre de la folie, et n’en reviendra jamais.

Fruit de plus de 30 ans de travail minutieux, techniquement acharné et visuellement révolutionnaire, vision cauchemardesque vertigineuse, Mad God est incontestablement le plus sérieux candidat au Grand Prix Nouveau Genre pour cette 27ème édition de l’Étrange Festival.

Bijou de maîtrise et de virtuosité, Mad God cloue le spectateur au sol par l’ampleur phénoménale du travail nécessaire pour construire son univers. Devant la caméra, ce sont toutes les textures du monde qui sont recréées, fusionnant dans une harmonie composite et obscure. Un travail de fourmi, de démiurge, de génie, on ne saurait dire : au fur et à mesure des panoramiques et des mouvements de caméra révolutionnaires pour un film en stop- motion, c’est un autre monde qui est créé à la main dans ses moindres détails les plus sordides – un autre monde qui prend vie dans un bal funeste où les squelettes dansent au rythme des corps qui se déchirent. Chair, métal, os, fumée : tous les effets visuels possibles et imaginables semblent concorder dans ce film, s’articulant les uns aux autres autour d’une volonté divine pernicieuse, malade et dévoyée, par laquelle tout ce dans quoi s’insuffle la vie expire au sommet de ses souffrances. Parmi tous ces effets spéciaux exemplaires, il faut aussi distinguer les effets sonores. Car Mad God brille également par le fantastique de sa bande-son, la texture fascinante de ses succions et explosions, le timbre de ses cris et le creux de ses carcasses. Loin d’un film hollywoodien classique où les effets spéciaux se subordonnent au scénario, Phil Tippett dédie Mad God dans son entièreté à l’art de l’effet spécial, à toute sa richesse foisonnante, à sa capacité à faire purement et simplement effet – et au diable les trames narratives traditionnelles. Le résultat est un film défiant l’entendement, une hallucination cauchemardesque, vertigineuse, révolutionnaire, à la puissance insondable.

Impossible, donc, de ne pas s’incliner devant ce qui n’est rien d’autre que le film d’une vie, et deviendra certainement un jalon historique de l’animation en stop-motion. Avec une maîtrise incomparable et une richesse de textures inconcevable, Mad God est un film qui défie le sens commun, qui défie toute raison pour repousser toujours plus loin les jalons de l’imaginaire. Fascinant d’étrangeté, hypnotisant de textures, passionné de formes, de monstres en tout genres et de machines rouillées jusqu’aux os, le film perd toujours plus pied à chaque nouveau plan, s’enfonçant dans une spirale infinie de noirceur. Les thèmes post-apocalyptiques et l’imaginaire chrétien de la Chute et de la Décadence s’y mélangent dans un chaos créatif au bord de l’anarchisme, donnant jour à un ordre naturel fou où la monstruosité rime avec l’exploitation impitoyable du vivant. Une vision d’enfer cruellement foisonnante, dont la sombre virtuosité consacre Phil Tippett comme un Dante du XXIème siècle, un démiurge enfiévré à l’imagination surpuissante, capable de transformer à lui seul l’imaginaire commun en le hantant de monstres et de démons inconcevables.

Fruit de plus de 30 ans de travail minutieux, techniquement acharné et visuellement révolutionnaire, vision cauchemardesque vertigineuse, Mad God est incontestablement le plus sérieux candidat au Grand Prix Nouveau Genre pour cette 27ème édition de l’Étrange Festival. Une plongée démente dans un monde de textures, de sons et d’horreurs qui laissera derrière lui des spectateurs bouche bée par une expérience inoubliable.

5

RÉALISATEUR :  Phil Tippett
NATIONALITÉ : Américaine
AVEC : 
GENRE : Animation, Fantastique, Horreur
DURÉE : 1h23
DISTRIBUTEUR : Inconnu
SORTIE LE Prochainement