Jane par Charlotte : d’une fille à sa mère

En 1988, la cinéaste Agnès Varda faisait le portrait de la comédienne et chanteuse Jane Birkin. La jeune Charlotte, fille du couple iconique, apparaissait dans le film. Une trentaine d’années plus tard, c’est à son tour de filmer sa mère, comme une sorte d’épilogue au travail d’Agnès Varda, disparue en 2019. Un premier documentaire personnel et modeste, qui ne se veut pas didactique.

Depuis plusieurs années, Charlotte Gainsbourg enregistre sa mère, Jane. Bien que comédiennes et chanteuses toutes les deux, elles partagent dans l’intimité une forme de pudeur. Pour délier les langues, la fille filme les confidences de sa mère, un nouvel échange naît ainsi devant la caméra.

Avec la douceur qui la caractérise, Charlotte Gainsbourg partage l’amour qu’elle porte à sa mère au travers d’un documentaire au ton résolument personnel.

Dialogue de long terme, Jane par Charlotte est une invitation personnelle à rencontrer la créative et lumineuse Jane Birkin. D’abord par son langage, inventif et souvent drôle, son phrasé précis, puis par son corps, elle qui fut longtemps reconnue pour sa beauté naturelle. Elle a conscience du temps qui passe, de son visage qui se creuse, un changement permanent qu’elle accueille avec humour et bienveillance. Ce qui ne change pas, c’est son rapport au sommeil, elle qui est insomniaque. Elle a d’ailleurs consacré son premier livre à ce sujet (Oh! Pardon tu dormais). Elle raconte également sa fille, son rapport à l’éducation, son rôle de mère. Ensemble, elles partent sur les traces du père, Serge Gainsbourg, en allant au 5 bis Rue de Verneuil, lieu où se trouve la maison de l’artiste décédé en 1991. Une visite tout en émotion contenue, où la blessure de la perte ne s’efface jamais totalement : leurs regards témoignent de ces souvenirs ravivés par cette maison-musée.

Si les fans devraient apprécier cette rencontre, elle risque toutefois d’être plus cryptique (voire anecdotique) pour ceux qui ne connaissent pas l’icône pop. Le film se montre discret vis-à-vis de la carrière de la chanteuse, c’est avant tout le portrait intime de Jane. Bien qu’elle apparaisse aussi devant la caméra, Charlotte Gainsbourg profite de ces moments pour regarder sa mère comme elle ne l’avait jamais fait auparavant. Avec sa caméra, elle multiplie les angles, les styles visuels et les supports. Si la forme n’est pas particulièrement originale, elle est toutefois habitée. La bande originale de Sebastian accompagne avec efficacité le film, monté comme un carnet de voyage, entre la maison de Jane, New York, Paris et Tokyo.

Avec la douceur qui la caractérise, Charlotte Gainsbourg partage l’amour qu’elle porte à sa mère au travers d’un documentaire au ton résolument personnel. Un premier film en retenu, sage, parfois anecdotique, mais au résultat précieux : qui d’autre que Charlotte aurait pu approcher aussi intimement Jane, sa mère ?

3

RÉALISATEUR : Charlotte Gainsbourg
NATIONALITÉ : français
AVEC : Jane Birkin, Charlotte Gainsbourg
GENRE : Documentaire
DURÉE : 1H28
DISTRIBUTEUR : Jour2Fête
SORTIE LE 12 janvier 2022

📨 MOVIERAMA DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Retrouvez le meilleur de nos articles : critiques, interview et concours

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Il s'agit d'une newsletter bimensuel, qui respecte votre temps et votre boîte mail.