Doctor Strange in the multiverse of madness : de l’horreur à la sauce Marvel

5eme film de la phase 4 du MCU (si on ne prend en compte que les films, car sinon on monte à 10 en comptant les séries), Doctor Strange in the multiverse of madness réunit de nouveau Benedict Cumberbatch, Benedict Wong et Rachel McAdams déjà présents dans le premier film. Elizabeth Olsen rejoint le film en reprenant son rôle de Wanda Maximoff et à cela s’ajoute Xochitl Gomez dans le rôle d’America Chavez. Petite précision avant de traiter du film, il est « recommandé » d’avoir vu les deux derniers Avengers ainsi que la série Wandavision pour profiter pleinement du film, mais vous pouvez aussi faire sans, Le film résume grossièrement les évènements survenus dans ces films/séries. Cela ne gâchera en rien votre visionnage du film, seulement vous n’aurez pas tout le background du personnage de Wanda.

Quelques mois après les évènements de Spider-Man : No Way Home, Doctor Strange doit aider une jeune fille, America Chavez, qui possède le pouvoir de voyager entre les réalités alternatives du Multivers. Mais c’est sans compter la présence de quelqu’un voulant profiter de ce pouvoir à des fins personnelles et ce en mettant la vie d’America Chavez en danger et la stabilité du Multivers.

Bien que disposant d’un scénario classique pour un Marvel, Doctor Strange in the multiverse of madness surprend par sa réalisation et offre une bouffée d’air frais au MCU.

Initialement prévu pour être réalisé par Scott Derrickson (à qui nous devons le premier volet de Doctor Strange et Sinister), Derrickson souhaitait faire de ce second volet le premier « film effrayant » du MCU. À la suite de différends créatifs, il quitte le poste de réalisateur pour rester producteur exécutif. Marvel fait alors appel à Sam Raimi (la première trilogie Spider-Man, Evil Dead, Jusqu’en Enfer …) pour réaliser le film. S’en suivront alors réécriture du scénario, tournage et reshot. Le film est alors disponible en salle depuis le 4 mai 2022.

Après un Spider-Man aux avis plutôt mitigés; passée la nostalgie, l’arrivée de Doctor Strange 2 a la lourde tâche d’incorporer véritablement le Multivers dans le MCU déjà bien étendu (bien que déjà abordé dans le dernier Spider-Man et la série Loki), tout en se concentrant sur une poignée de personnages. Le tout est porté par un scénario simple et efficace, mais peu exigeant et des acteurs convaincants (surtout Elizabeth Olsen qui vole complètement la vedette à Benedict Cumberbatch). Bien que devant remplir un cahier des charges bien fourni, Sam Raimi arrive tout de même à imposer sa patte sur la mise en scène. Si le film ne nous surprendra pas avec son scénario et ses intentions (merci Marvel de nous donner la même chose depuis maintenant 14 ans), c’est bien la touche du réalisateur qui offre un vent de fraîcheur à une formule épuisée jusqu’à la moelle. De plus, le postulat de base aurait pu permettre des folies visuelles et créatives, mais au final on ne se retrouve qu’avec peu d’univers parallèles visités, somme toute efficaces, mais très classiques. Et c’est dommage, car la séquence permettant le voyage entre les univers est plutôt sympathique

Heureusement, Raimi se rattrape avec sa touche bien présente tout au long du film (séquences en vue subjective, transitions étonnantes, angles de caméra improbables …). Mais c’est surtout du côté de la touche horrifique que le film surprend. Cet élément n’est pas un ingrédient que nous avions l’habitude de voir dans le MCU. Rassurez-vous, ce n’est pas un film d’horreur, Doctor Strange 2 en emprunte quelques codes (jumpscare, zombies, esprit démoniaque) et offre des références aux précédents travaux de Sam Raimi. Finalement, on se retrouve sûrement avec ce que le MCU pourrait proposer de plus « violent, gore et effrayant » avec ce film. Difficile d’imaginer Marvel faire un autre film allant plus loin dans le style. Concernant la musique, elle est, cette fois, composée par Danny Elfman, qui a déjà composé plusieurs fois pour Sam Raimi. Malheureusement, elle n’apparaît pas véritablement marquante et ne sert qu’à accompagner les séquences du film (notons tout de même qu’il existe une séquence où la musique a toute son importance).

En fin de compte, bien que disposant d’un scénario classique pour un Marvel, Doctor Strange in the multiverse of madness surprend par sa réalisation et offre une bouffée d’air frais au MCU. Sam Raimi arrive à offrir quelque chose d’inédit dans une machine bien huilée. Le film ne durant que 2 heures, le rythme efficace ne laisse pas de répit au spectateur. devant. On espère alors, peut-être, revoir Raimi à la réalisation du prochain volet de Doctor Strange, qui se trouve déjà dans les tuyaux, avec cette fois-ci encore plus de liberté sur la réalisation et un tournage un peu moins chaotique.

3.5

RÉALISATEUR :  Sam Raimi
NATIONALITÉ : Américaine 
AVEC : Benedict Cumberbatch, Benedict Wong, Rachel McAdams, Elizabeth Olsen et Xochitl Gomez 
GENRE : Super-héros, fantastique, horreur
DURÉE : 2h06
DISTRIBUTEUR : Marvel Studios
SORTIE LE 4 mai 2022