SPECTRE: SANITY, MADNESS & THE FAMILY : la musique est une porte

Une mélodie comme un souvenir lointain, quelle est son origine ? Le musicien français Jean-Baptiste de Laubier, dit Para One, voyage dans le temps et l’espace avec son premier long-métrage, Spectre: Sanity, Madness & the Family. Un documentaire à la lisière des genres, à la fois portrait familial et fiction, où l’artiste conjugue l’intime à l’universalité de la musique. Une quête sensible et sensorielle, aux racines de la création artistique.

Lorsque Jean reçoit une cassette de sa sœur, pourtant absente de sa vie, les souvenirs l’assaillent. Il repense à la communauté dans laquelle il a grandi, à ses proches, à son père et le secret de ses disparitions, mais aussi et surtout à Chris, le guide spirituel de la famille. Un homme curieux et cultivé, au caractère démiurge et mélomane. Les voix et sons ramènent Jean à son enfance, un fil qu’il exploite pour retrouver son passé et répondre à des questions restées ouvertes. Un périple qui va l’emmener au Japon, en Indonésie, en Bulgarie, à la recherche de sonorités et de souvenirs.

Une oeuvre touchante et contemporaine, entre intimité et universalité.

C’est autant l’histoire d’un spectre que d’un mystère familial. Pour apaiser cette présence, il faut se résoudre à affronter la vérité. Un chemin fait d’émotions et de créativité, où s’entrechoque les certitudes et les doutes. La mémoire est une construction complexe, parasitée, brouillée par le temps. Il ne reste souvent que des intuitions ou des sons de notre passé, de notre enfance : une expérience reproduite à l’image, souvent réduite à des formes et des évocations. Le souvenir d’un endroit nous ramène à un sentiment ou à une impression. Spectre: Sanity, Madness & the Family puise dans ce travail de mémoire et joue de la subjectivité pour raconter une histoire aussi intrigante qu’émouvante. De manière originale, la musique occupe une place centrale dans le récit : elle résonne dans l’espace et le temps. D’où vient cette mélodie ? Qu’est qu’elle raconte de l’artiste qui la compose ? Est-elle une émanation du passé, un spectre musical ? Des interrogations qui ramènent aux origines de la créations artistique. Un échange sensoriel entre le passé et le présent, visuel et sonore. Plus largement, le long-métrage de Para One s’apparente à un pèlerinage musical : on y rencontre différents courants, des sensibilités, des spiritualités. Une énergie créatrice que le compositeur accompagne avec délicatesse et mélancolie. Motif du film, le titre « Shin Sekai » se construit et déconstruit au fur et à mesure du film, modifiant la perception de la musique, portée par une émotion nouvelle. Une reconstruction qui s’apparente à celle opérée à l’image.

Personnel et mélancolique, Spectre: Sanity, Madness & the Family fait forte impression. Une œuvre touchante et contemporaine, entre intimité et universalité.

4

RÉALISATEUR :  Para One
NATIONALITÉ : Français
AVEC : Jean-Pierre MALO, Elina LOWENSOHN
GENRE : Documentaire, Drame, Fiction
DURÉE : 1h32 (l'excellent et primé court métrage DUSTIN précède la projection du film - 20 minutes)
DISTRIBUTEUR : UFO Distribution
SORTIE LE 20 octobre 2021

📨 MOVIERAMA DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Retrouvez le meilleur de nos articles : critiques, interview et concours

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Il s'agit d'une newsletter bimensuel, qui respecte votre temps et votre boîte mail.