France : ne m’appelez plus jamais France

Depuis son grand virage comique avec la mini-série P’tit Quinquin en 2014, Bruno Dumont est devenu un auteur imprévisible, capable de faire une comédie musicale avec l’enfance de Jeanne d’Arc, une comédie meurtrière sur des bourgeois et des pêcheurs (Ma Loute), une fresque historique (Jeanne) et une nouvelle mini-série sur des gendarmes et des extra-terrestres (Coin-Coin et les Z’inhumains). Tel est également le cas de France, comédie sur les médias, où Bruno Dumont bénéficie, comme pour Ma Loute, d’une distribution attractive (Léa Seydoux, Blanche Gardin) et s’en donne à coeur joie pour dénoncer les travers de la célébrité dans ce qui restera comme son film le plus accessible et populaire à ce jour, même s’il ne s’agit pas de son meilleur.

France De Meurs est la journaliste TV la plus célèbre du moment. Son émission, où elle se met en scène dans les situations les plus périlleuses, bat des records d’audience. Elle vogue dans une existence sans soucis majeurs jusqu’à ce qu’elle renverse en voiture Baptiste un livreur à domicile…

France, comédie sur les médias, où Bruno Dumont bénéficie, comme pour Ma Loute, d’une distribution attractive (Léa Seydoux, Blanche Gardin) et s’en donne à coeur joie pour dénoncer les travers de la célébrité dans ce qui restera comme son film le plus accessible et populaire à ce jour,

Cette fois-ci, Bruno Dumont a décidé de s’attaquer par une satire corrosive aux médias et à la célébrité. Il faut reconnaître que le début de France tient ses promesses en proposant une conférence de presse hilarante d’Emmanuel Macron, Président de la République. Dans le registre comique, Léa Seydoux et Blanche Gardin forment un tandem irrésistible, l’une en journaliste vedette, l’autre en assistante dévouée. Même si Dumont ne révèle rien de bien nouveau sur les coulisses de la télévision, la satire est bien vue et parfaitement illustrée par des exemples flagrants de médiocrité télévisuelle, dont des reportages gratinés au Moyen-Orient, où l’absence de déontologie fait rage.

Cependant, inspiré par Charles Péguy, comme pour son portrait de Jeanne d’Arc, Dumont avait aussi d’autres ambitions, celle en particulier de révéler une prise de conscience de la part de France De Meurs, lorsqu’elle renverse un pauvre livreur. France De Meurs se retrouve alors confrontée au peuple qu’elle ne fréquente jamais. L’on perçoit alors l’intention chez Dumont de faire changer de vie son héroïne à la manière d’Ingrid Bergman dans Europe 51 de Roberto Rossellini. Néanmoins l’intention trop théorique finit par se dissoudre dans le comique de situation. A plusieurs reprises, le spectateur ne sait pas trop quoi penser des revirements et changements d’attitude de France De Meurs qui pleure pour un oui ou un non, sans que l’on sache réellement son degré de sincérité ou de pose.

Le film déçoit un peu dans sa dernière partie, où apparaît un amoureux de France, guère convaincant dans tous les sens du terme, et où meurent des personnages importants dans l’intrigue. Cette partie plus dramatique, arrivant de manière assez inattendue, passe moins bien en raison de la moindre qualité de l’interprétation dans ce registre. Demeure surtout une impression de satire inachevée, quelque peu gâchée par des velléités d’émotion qui ne parviennent pas se concrétiser réellement. Le narcissisme de France se révèle être assez hilarant mais ne parvient pas à muer à l’écran en sa dimension rédemptrice. La métaphore filée de France, journaliste, également symbole de la France, laissée actuellement dans un état catastrophique, reste assez convenue et a quelque mal aussi à prendre corps, en raison d’une interprétation à éclipses de Léa Seydoux, excellente dans la séduction et le comique, plus évanescente lorsqu’elle doit pleurer et émouvoir. N’empêche, lorsque France se penche à la fin du film sur le cadavre d’un fait divers, Bruno Dumont raccorde sa nouvelle oeuvre au début de L’Humanité : les vrais monstres ne sont pas ceux que l’on pense ; ceux du harcèlement par les médias et des ravages de la célébrité n’en sont pas véritablement.

3

RÉALISATEUR : Bruno Dumont 
NATIONALITÉ : française
AVEC : Léa Seydoux, Blanche Gardin, Benjamin Biolay 
GENRE : comédie 
DURÉE : 2h14
DISTRIBUTEUR : ARP Sélection 
SORTIE LE 25 août 2021 

📨 MOVIERAMA DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Retrouvez le meilleur de nos articles : critiques, interview et concours

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Il s'agit d'une newsletter bimensuel, qui respecte votre temps et votre boîte mail.